Paul-Jean TouletConférence par Daniel Aranjo
Pour Jorge Louis Borges, Paul-Jean Toulet, l'impeccable poète des Contrerimes (1921), était tout simplement, certains jours, "le plus grand poète français - même si tout le monde l'a oublié".

« ses vers atteignent à la perfection » (1979). Pour L. S. Senghor : « Peut-être, parce que je ne suis pas "né Français", je n'ai pas de peine à classer Paul-Jean Toulet. Je le fais parmi les plus grands poètes : ceux qui réunissent, en symbiose, les trois qualités majeures du Poète : l'image analogique, la mélodie et le rythme vivant, fait de parallélismes asymétriques. » (1980) C’était déjà l’avis de Valéry, qui avait prédit en son ami, dès le lendemain de sa mort, l’une "de ces plantes qui ne peuvent souffrir d'être mises dans la terre commune dès leur germe. On les place d'abord dans un humus choisi où elles atteignent lentement l'époque de leur force." (1923)

C’est aujourd’hui chose faite. Mais, pour toucher jusque-là, que l’attente fut dure, fut longue, interminable, souvent désespérante et désespérée. À nous donc de goûter maintenant, pièces en mains, l’un des poètes les plus purs (sous le cristal de l’ironie) et elliptiques de toute notre littérature. Il suffit de lire…

Douce plage 1 où naquit mon âme ;
Et toi, savane 2 en fleurs
Que l’Océan trempe de pleurs
Et le soleil de flamme ;

Douce aux ramiers, douce aux amants,
Toi de qui la ramure
Nous charmait d’ombre, et de murmure,
Et de roucoulements ;

Où j’écoute frémir encore
Un aveu tendre et fier -
Tandis qu’au loin riait la mer
Sur le corail sonore.

Les Contrerimes, Contrerimes, XLVI

Daniel Aranjo, agrégé,  Prix de la critique de l'Académie Française 2003, professeur de Littérature Générale et Comparée. Il a consacré de nombreux ouvrages et travaux à Paul-Jean Toulet et à l'Ecole Fantaisiste. Lire tout

La conférence a eu lieu le jeudi 17 janvier 2013 à  la Médiathèque André Labarrère, Pau.

A lire aussi : "Exils et nostalgies dans les journaux personnels et la correspondance de Paul-Jean Toulet"Exils et nostalgies dans les journaux personnels et la correspondance de Paul-Jean Toulet", par Elisabeth Klein. Thèse présentée à l'Université d'Orléans. 2012